10. mars, 2019

L'UNIVERS DE LA BD : DES IMAGES A LIRE !!!

Bonjour à tous, 

Perdu dans mes aventures en Ecosse en plein XVIII° (Outlander de Diane Gavaldon), j'étais là mentalement à grelotter et je suis passé entre deux rochers pour instantanément me retrouver à fixer mes linéaires de livres que j'amasse depuis très longtemps.

Aujourd'hui je vous propose cette chronique (initialement développée sur Lecteurs.com) dédiée à tous ces auteurs et/ou dessinateurs de bandes dessinées dont beaucoup de noms renommés apportent leurs lettres de noblesse à ce genre graphique et imagée : Bilal, Uderzo, Franquin, Loisel, Hergé, Cauvin, Peyo... et cette liste est forcément trop courte.

Basé sur les tranches de mes propres titres alignées sur les étagères de mes bibliothèques dans des formats très différents, je vous propose certains de ces auteurs qui suggèrent plein de bons moments passés à s'évader avec des titres comme Largo Winch, Thorgal, XIII et des auteurs au style très particulier comme Chabouté, Rabaté, Sfar...

Je trouve que la "BD" ne constitue pas un genre mineur et que très souvent, les scénarii et les textes sont d'une très grande qualité.

J'ai acquis récemment des titres de Patrick Prugne et Tiburce Oger. Ils évoquent l'Acadie et Saint-Louis. Le scénariste et le dessinateur (ils le sont tous les deux) ont fait des recherches sur les guerres vers 1750 entre les Français, les Anglais et les Indiens dans ces territoires/provinces de l'Amérique du Nord que se disputaient alors la France et la Couronne britannique. C'est extrêmement passionnant, instructif et très bien dessiné.

Certes l'avantage du livre sur la BD ou le cinéma est qu'il laisse intact l'imaginaire du lecteur, totalement libre de s'inventer les personnages, les lieux et les situations.

Cependant, dans ce cas précis pris parmi tant d'autres, les auteurs ont un réel souci historique du détail, de la précision, de l'authenticité avec les costumes d'indiens, les uniformes, les bâtiments de guerres, les paysages des forêts qui apportent des informations, instruisent sur la vie de l'époque. A cela s'ajoutent les dessins d'une extrême qualité. A titre indicatif, je conseille les titres de Canoë Bay et Frenchman et plus récemment Pawnee et Iroquois.

Tiburce Oger est connu pour ses contributions à la série BD La forêt en collaboration avec Vincent Pérez le comédien et acteur bien connu, amoureux des légendes bretonnes.

Je crois dans cet apport esthétique et instructif de la bande dessinée et aussi dans ses adaptations à l'écran.

Citons à présent le dessinateur/scénariste Pascal Rabaté pour les Petits Ruisseaux que je vous conseille car il est extrêmement touchant et l'adaptation au cinéma avec Daniel Prévost (pour ne citer que lui) est un petit bijou.

Pour ma part, j'ai seulement lu les bijoux de la Castafiore et j'avoue ne pas être très calé en BD de Tintin. Adapté au cinéma et sortie en salle en octobre 2011 avec plusieurs nominations et récompenses, grâce à Spielberg, paraît le secret de la Licorne condensé à l'écran de trois albums Le Secret de la Licorne, Le Crabe aux princes d'or et Le Trésor de Rackham le Rouge avec un gros succès d’audience.

Astérix également avec ses adaptations au cinéma sont souvent très drôles et réussis. Cela tient également aux voix de doublage des personnages. 

La BD est une source d'inspiration pour beaucoup de cinéastes. Et au-delà, chaque source graphique est une opportunité pour une autre interprétation. Autre phénomène avec les jeux sur console adaptés en BD.

Mortal Kombat est au départ un jeu sur console puis un film plus ou moins réussi avec l'énigmatique Christophe Lambert et depuis une bande dessinée. Je pense également à Lara Croft.

Gazzotti et Vehlmann nous entrainent dans l'univers de 5 enfants perdus dans un pays dont les habitants ont mystérieusement et subitement disparu. Ils vont devoir apprendre à se débrouiller Seuls. Adapté très récemment au cinéma.

Aalehx et son merveilleux le pantin sans visage nous emmène dans un univers fantastique, industrialisé ou les rêves sont prohibés et où les habitants dépourvus de bouches sont réduits au silence. Un vieux créateur décide de défier l'oppression en offrant sa vie au Pantin sans visage (une autre vision de Jepetto et de son pantin de bois Pinoccio).

Bastien Lecouffe Deharme propose Mémories of Retrocity, le journal de William Drum. En 2004, l'ex-inspecteur William Drum de la police criminelle de Chicago est exilé dans la ville de Retrocity, sorte de cité déchue que l'on tente de faire disparaître des consciences depuis plus de 50 ans. Pour ne rien oublier, l'inspecteur rédige son journal de bord à l'aide d'une vieille machine à écrire. Ville étrange, où la mécanique s'est substituée à des organes humains, hors du temps, désertée par les citoyens. Malade et rongée par un virus, c’est une ville dont on ne revient pas...

Juan Diaz Canales et Juanjo Guarnido nous entraînent dans une saga Blacksad avec l'âme rouge. Scénario bien huilée, personnages à visage animal extrêmement expressif, nous sommes aux Etats-Unis dans les années 1950 et Blacksad mène des enquêtes de privé à la façon de Mike Hammer (pour ceux qui se souviennent du célèbre détective). Je vous invite à découvrir les planches et les aventures sur internet. Pour aller plus loin :

www.blacksadmania.com/

Autre ambiance, cette fois en pleine Guerre de Sécession, Diaz Canales et Munuera, nous emporte dans une histoire en deux parties. Nous sommes à New Fraternity, ville créée par un riche visionnaire du nom de Robert McCormanEmile, un jeune garçon sauvage découvert dans la forêt est pris sous l'aile protectrice de Fanny Zoetrope. Il est témoin de phénomènes extraordinaires alors que la ville subit la menace de déserteurs en fuite. Enfin une créature rode autour de la ville. L'enfant entretient une relation avec cet être, qui dépasse l'entendement. Avec un tel cocktail d'évènements, la ville de New Fraternity a peu de chance de résister aux sirènes des Confédérés ou de l'Union. 

A découvrir une saga d'espionnage très bien faite sur la base du scénario de Van Hamme et des dessins de Aymond avec Lady S. Fille adoptive et principale collaboratrice de James Fitzroy, ambassadeur itinérant, envoyé spécial du secrétaire d'État américain en Europe, Suzan est une jeune femme intelligente et multilingue, épanouie et parfaitement heureuse auprès d'un père attentionné. Mais ce bonheur trop parfait cache bien des failles, bien des douleurs et bien des mystères. Rattrapée par son passé, Suzan n'aura désormais d'autre choix que de jouer le rôle le plus dangereux de sa vie, pourtant déjà riche en événements, celui de Lady S, espionne de haut vol dans les milieux diplomatiques.

Après les succès de XIII et Thorgal, Van Hamme reprend son projet de BD et lance les aventures de Largo Winch à partir des années 1990 accompagné du talentueux dessinateur Francq. C’est l’accomplissement très riche d'un scénariste du monde des affaires qui passe par le livre, la BD, le petit et le grand écran, les jeux et le documentaire. Adaptée à l’écran, deux films paraissent avec Tomer Sisley et Christine Scott Thomas (2008) puis Sharon Stone (2011), Largo devient aussi un jeu sur console ou en ligne, un jeu de société, un documentaire...

Étonnant, cette somme de tous les possibles où l'œuvre de fiction offrent un si large éventail aux différentes formes d'adaptation.

J'ajoute les illustrateurs et aussi les coloristes qui participent aujourd'hui de plus en plus au succès des auteurs de l'imaginaire avec de véritables œuvres d'art qui ornent les couvertures d'anticipation, de science-fiction, de fantasy, de fantastique et de conte. Certaines couvertures de BD sont de véritables œuvres d'art. Certains éditeurs offrent des ex-libris, des flyers et/ou des marque-pages qui reprennent ces premières de couverture. 

A découvrir à présent un autre univers de dessinateurs et non des moindres, chez Vents d'Ouest, je vous conseille Chabouté. On peut ne pas être fan des qualités graphiques de l'auteur, souvent en noir et blanc avec un scénario toujours excellent et dont les enchaînements sont très bien faits comme un storyboard.

(Source Wiki pour découvrir)

Christophe Chabouté né le 8 février 1967 d'origine alsacienne suit les cours des Beaux-Arts d’Angoulême, puis de Strasbourg. Vents d'Ouest publie ses premières planches en 1993 dans Les Récits, un album collectif sur Arthur Rimbaud. Mais il se fait surtout connaître en 1998 en publiant Sorcières aux éditions du Téméraire (primé au Festival d’Illzach) puis Quelques jours d’été aux éditions Paquet (Alph’Art Coup de Cœur au Festival d'Angoulême). Il illustre des romans pour la jeunesse.

Je trouve l’ensemble de ses réalisations vraiment bien, touchant, étonnant de justesse. Je vous conseille le Landru (étonnant), construire un feu (angoissant qui nous entraîne dans les grands espaces d'Amérique du Nord), purgatoire (d'actualité)...Les couvertures sont souvent de couleur noire et les formats variables. Je vous conseille les versions intégrales notamment Pour un peu de bois et d'acier, zoé, sorcières, pleine lune, la bête. A consommer sans modération.

Un signe également de réussite avec des collaborations de compétence à plusieurs.

Voici une suggestion de BD très bien dessinée et ménageant le suspens dans une ambiance assez futuriste et fantastique Arctica. Déjà 10 opus dont les 5 premiers : Dix mille ans sous les glaces, Mystère sous la mer, Le Passager de la Préhistoire, Révélations, Destination Terre. A la manœuvre des connaissances le scénariste, Daniel Pecqueur, le dessinateur Bojan Kovacevic, à la couleur Pierre Schelle et pour la couverture que je trouve très travaillée par Manchu.

Pour se mettre dans l'ambiance : Depuis la mort de sa fille due à la radioactivité d’un débris de satellite retombé sur Terre, Dakota, un as de l’aviation, consacre sa vie à débarrasser l’espace des épaves dangereuses. En raison du réchauffement climatique, il est aussi réquisitionné pour détruire les icebergs dérivants sur les routes maritimes. Au cours d’une de ses missions, il met à jour un cylindre métallique. L’examen de l’objet amène l’état-major à classer l’affaire secret-défense..."

Voici une autre BD Le Grand Jeu qui entrerait aisément dans la rubrique "Uchronie" : La seconde guerre mondiale est terminée depuis 4 ans. Elle a abouti à la victoire des Alliés et à une paix séparée avec l’Allemagne nazie. Tandis que l’heure est à la méfiance vis-à-vis de l’Union Soviétique, le Charles de Gaulle, fleuron de la flotte dirigeable d'Air France, a disparu quelque part au nord du Groenland. Le reporter Nestor Serge, de France Soir, est chargé d'accompagner l'expédition de secours… A la manœuvre, nous trouvons un scénario de Jean-Pierre Pécau (cycle des Arcanes, Empire...), au dessin Léo Pilipovic (L'histoire secrète, Série B...), à la couleur, Thorn et au lettrage Vianney Jalin. Déjà 5 opus sortie chez Delcourt : Ultima Thulé, Les dieux noirs, La Terre creuse, Indochine, Le Roi dragon...

A découvrir, le festival de la BD 2019 d'Angoulême et son Palmarès

www.bdangouleme.com/prix-palmares/competition-officielle/palmares-officiel

Et pour ne rien manquer et accéder à tous les détails

www.bedetheque.com/

Ce lien sur un reportage pour Lecteurs.com en salon du Livre en 2013 :

www.lecteurs.com/article/jean-michel-palacios-reporter-dun-jour-au-salon-du-livre-de-paris/2441277

Je reviendrai sur cette thématique ultérieurement car j’ai environ 350 BDs sur étagères. Mais je suis surtout intéressé par vos commentaires et vos suggestions.

A vous lire

JM

* uchronie : Récit d'événements fictifs à partir d'un point de départ historique.